Un jour un vieil indien m’a raconté cette Histoire

« Elijiah ou les 4 saisons de l’Homme et l’Infini comme le ciel et au delà »
C’est simple dit-il :
« Comme dans un symphonie des accords en hauteur, en profondeur, certains en douceur et comme après le calme la tempête, à la nuit succède l’orée du matin, une pluie fine puis des odeurs se réveillant sur des palettes de couleur et des migrants dans le ciel, c’est naturel ils savent ou aller puis ils ne sont pas seuls…

Le blanc, le noir, les miroirs et encore bien plus, mais sache que tout est une question d’Equilibre, dans la chute puis comment on se relève heureux d’être vivant ou malheureux de vivre
Chercher l’entrée ou la sortie, trouver les clés de ses chaines comme tu le crois…

Les émotions comme le vent peuvent simplement nous effleurer, nous rafraichir comme l’eau, nous réchauffer comme un bon feu, nous ressourcer comme dans ton jardin, se mélanger ou/et Etre tout le contraire.
Sur un fil, l’équilibriste choit apprend et reprend la ligne, ne s’éloignant jamais de son horizon.
Comme dans le règne animal vivre ou mourir sauf que l’homme est phénix…mais si son coeur reste lourd, sa tête suivra et petit à petit « ses filtres » s’empliront de poussière et non de lumière et cet homme poussiéreux, il s’avancera sur le chemin de la poussière
Pourtant, d’une poussière de Vie on peut en faire un arbre soit une forêt.

N’oublie jamais que au milieu des ronces les roses jaillissent, qu’au milieu du désert certains, dans une course effrénée, trouvent de l’eau d’autres des pierres précieuses dans des torrents comme des Eternelles sur les plus hauts sommets de ce Monde.

Enfin pense alors:
Pourquoi d’autres ne pourraient donc t’il pas sortir des labyrinthes créés malgré eux ? lorsque l’on sait qu’un fil si petit soit-il peut les guider ?
Car finalement tout ici bas se transforme encore et encore.
Certains sont voués à l’Architecture humaine, concepteurs de Temples, magiciens de l’Homme, artistes et bien d’autres heureusement, sont ici bas pour éclairer des chemins à ceux dont les sens sont en bernes annihilés par des siècles entre leur nature profonde et le XXIème.
4 saisons de vie multipliées par 365 multiplié par une longévité « x » + des milliards de neurones et de cellules le tout sur pourquoi pas l’Infini car bout à bout un seul d’entre nous peut faire le tour de la Grande bleue »

Puis il est parti en dansant dans son monde, sa réalité était tellement belle que j’ai plongé deep Inside jusqu’à me noyer pour le retrouver…
Il m’avait dit aussi:

« Ne me cherche pas, il n’y a de fin que si tu y crois, trouves toi puis conte leur l’Histoire d’Elijah et tu vivras la suite de cette longue histoire et bien plus »

Penser au delà des possibles
Find the Way Inside
Entrer dans des Mondes ou tu trouveras,
Wisdom & Freedom

Johanne FILLIZOLA, Psychopraticienne