La relation transpersonnelle entre thérapeute et client/patient

Il y a des rencontres plus marquantes que d’autres. Des rencontres qui nous bousculent, nous interrogent, nous touchent au plus profond de nous même.
Il est dit que les inconscients sont visionnaires… Mais aussi, il existe une parfaite synchronicité qui donne un sens à cette rencontre…
Et en tant que thérapeute, je ne déroge pas à cette règle. Lors d’une rencontre entre un thérapeute et son patient, il existe déjà; et au delà du choix du thérapeute, une communication inaudible, et pourtant dans cette demande d’aide et d’écoute, le patient cris de toute sa voix , sa détresse.

Le thérapeute plonge, sans hésitation, dans l’univers particulier de son patient et s’imprègne du vivant interne qui lui fait tant souffrir .
Le thérapeute écoute , observe, ressent à la fois à l’extérieur et à l’intérieur tout ce dont exprime le patient.
Quand un thérapeute accueille un patient, il ne fait pas qu’accueillir , il fait une rencontre . Et dans cette rencontre, il y a une résonance, un reflet d’une part de soi même, un miroir…

Dans cette rencontre, les deux protagonistes, se prêtent serment pour former une alliance. Cette alliance, quand elle est nourrit de bienveillance, devient sincère, devient un partage presque intime.

Pour ma part, chaque rencontre est unique, et mon patient devient « l’unique » car c’est en faisant de lui « l’unique » qu’il peut prendre conscience de son unicité et lui permettre de la sublimer tout au long de sa thérapie.
Dans ce partenariat, cette relation transpersonnelle, cela me ramène à faire un lien avec le RSI (qui est représenté par un triangle) et le miroir de LACAN (qui est représenté par un trait de démarcation).

e m’explique : je représenterais par deux triangle le thérapeute et son patient et par le trait de démarcation le miroir pour expliquer les différents mouvements qui existent entre thérapeute et patient.

Transfert négatif : Demande d’aide, plainte, symptôme patient Lors d’ une première rencontre, le patient se présente et amène une plainte très souvent.

Le thérapeute écoute et accueil en premier lieu cette plainte. Puis il effectue un premier mouvement vers son patient pour recueillir des informations. Il traverse le miroir vers la carte du monde de son patient.

Puis, dans un deuxième temps, le patient, à son tour effectue un mouvement vers le thérapeute en exprimant son objectif. Il traverse à son tour le miroir vers la carte du monde du thérapeute.

Et enfin quand les deux partenaires ont poser les bases, en confiance, il s’opère, un double mouvement :« l’alliance ». Ils traverse tous les deux le miroir pour créer une harmonie, une symbiose, une unité.

Et la thérapie peut enfin commencer…. Alliance Thérapeute + Patient

Dans cette alliance, thérapeute et patient vivent une expérience unique, un partage qui nous transforme, nous transcende, et nous fait atteindre à chacun notre unicité , notre « un ».

Il y a quelques mois, j’ai fait la connaissance d’une femme du même âge que le mien. Elle est addicte à l’alcool. Lors de notre entretien, elle m’expliqua ce qu’elle ressentait pendant ses crises d’angoisses avant de s’alcooliser.

Elle a la sensation que son ventre pleure et que son cœur pleure. Elle boit car elle n’arrive pas à pleurer et qu’elle ressent une sensation de vide. Pour être très honnête, l’addiction à l’alcool me met très mal à l’aise, de part mon histoire personnelle et transgénérationnelle. Il m’a été très compliqué au début, de l’accueillir voir de l’écouter.

Mais pourtant, le fait qu’elle me partage ses sensations, elle m’avait bouleversée. Car en fin d’année 2018, j’ai traversé une épreuve douloureuse, moi aussi, j’ai ressenti cette sensation de vide et aussi j’étais dans l’impossibilité de pleurer.

J’avais, comme elle, l’envie de mourir. Il m’était impossible d’avoir, à ce moment-là, du discernement. Et dès lors, où, nous nous sommes rencontrées, elle m’a amené une réponse là où je n’y attendais pas !!!

Je me suis dit « et bien, c’est une addicte qui vient te libérer !! ». Elle était arrivée avec sa détresse et pourtant c’est elle qui m’a aidé à dépasser la mienne et du même temps, elle venait réparer une histoire et un poids Trans générationnel.

Elle a fait résonance en moi, j’ai donc accepté de l’accompagner jusqu’à son hospitalisation dans un centre d’addictologie.

En tant que thérapeute, il est très rare, de s’avouer que notre patient, peut aussi nous réparer. Du fait de notre position de soignant, on essaye de maintenir une distance mais qu’en est notre humanité pleine de sensibilité ?

« Rien n’est précieux que ce qui est toi dans les autres, et les autres en toi» Pierre Teilhard de Chardin

« Nul ne peut avoir de lien avec son prochain s’il ne l’a d’abord avec lui-même» Carl G. Jung

« Une rencontre, c’est quelque chose de décisif, Une porte, une fracture, Un instant qui marque le temps Et crée un avant et un après. » Éric-Emmanuel Schmitt

Alors cher(e)s thérapeutes, n’ayez pas peur, faite comme Alice, traverser le miroir…. Allez à la rencontre de l’autre car l’autre c’est vous !!!

Malika VINCENT