Hypnose et Cancer

Retour d’expérience de Karen, après avoir effectué la formation Hypnose avec Guillaume Poupard.
Karen est infirmière dans un hôpital et s’occupe des patients atteints du cancer.

Objectif : les bienfaits de l’hypnose sur le cancer

Depuis 5 ans, la clinique où je travaille développe l’hypnose dans le service de chimiothérapie, dans le cadre des soins de supports, cela permet d’apporter une aide aux patients atteint de cancer sur le plan psychologique (choc de l’annonce ..) et physique (effets secondaires des traitements, mutilation dùe à la chirurgie, douleur..).

A l’heure actuelle, il n’y a aucune preuves que l’hypnose peut traiter le cancer en lui-même, mais elle peut aider les personnes atteintes de cancer à gérer l’anxiété, la dépression, soulager les douleurs, diminuer les effets indésirables des traitements de chimiothérapies, de radiothérapie…

Ma formation en hypnose m’a appris que le plus souvent la souffrance du patient provient du fait que la partie malade est tenue à distance, comme dissocier. De ce fait, mon travail consisterait donc alors à réassocier, à réincorporer la partie coupable, ce qui est tenu à l’écart.

Mais comment proposer à une personne atteinte d’un cancer de réassocier la partie malade, cette zone du corps qui joue un bien vilain tour, et qui se met à déconner ? la partie malade est devenue maligne, c’est-à-dire nuit et fait du mal . Pour les patients, il ne s’agit pas d’une partie qui souffre mais qui fait souffrir.

D’autre part, la première façon d’utiliser l’hypnose, c’est de s’éloigner de la réalité, ce qui est utile lorsque celle-ci est trop difficile à supporter. On peut par exemple se réfugier dans un lieu sécure, ou bien se couper simplement de ces afférences sensorielles. La transe hypnotique a ceci de particulier, elle peut neutraliser les sensations et les émotions, et certains patients ont bien besoin de s’extraire d’un quotidien trop lourd à supporter.

Lorsque les patients suivis en oncologie parlent du cancer, des traitements et de leurs effets secondaires , ils utilisent souvent les même expressions , plus que de simples tournures de phrases, elles renseignent l’hypnothérapeute sur les représentations du patients et sur les efforts d’adaptation  qu’il déploie pour faire face à l’intrusion du cancer, de ces traitements et de leurs effets indésirables dans sa vie.

Cette intrusion représente une réelle rupture lors de laquelle le patient est confronté à sa finitude. Ici encore, les expressions du patient traduisant l’angoisse, l’incertitude et la perception de perte de contrôle générés sur ce sentiment de finitude. L ‘hypnose permet de réintroduire du mouvement et du contrôle dans une situation qui semble figée et incertaine, au bénéfice de la qualité de vie du patient.

Je suis infirmière en hôpital de jour de chimiothérapie, souvent mes collègues m’appellent pour aider des patients qui souffrent de nausées et de vomissement ou qui présentent une forte angoisse.

En premier lieu, ces demandes peuvent paraître comme des pièges dans les suggestions, car cela risque d’emmener le patient sur une piste qui n’est pas la sienne. D’où l’importance de rester à l’écoute du patient, des mots qu’il utilise.

Je me souviens d’une patiente  qui souffrait de nausée et de vomissements bien avant de commencer sa cure et cela durait plusieurs jours après celle-ci, ce qui l’empêchait  de profiter  de ces enfants et la limitait dans ces tâches quotidiennes. Et bien entendu, elle voulait essayer l’hypnose pour s’en débarrasser.

Lors de ma première séance, je me suis focalisée sur les symptômes. Lors de la 2ème séance, les symptômes avaient légèrement diminués mais persistaient.

Puis je me suis souvenue que la patiente me parlait de « poison » en parlant de la chimiothérapie et ne disait pas qu’elle vomissait mais qu’elle « rendait » ;  or que fait le corps pour se débarrasser d’une substance toxique ? il déclenche le réflexe de nausée pour l’expulser.

J’ai alors travaillé avec cette patiente pour mettre en place des stratégies comme renforcer l’énergie du corps et de ces capacités de protection, de visualiser les produits de chimiothérapie… Ce qui lui a permis de contrôler et traiter différemment le passage des traitements.

Après 2 séances d’hyonose, les nausées ont diminuées en intensité et en fréquences, et la patiente a pu continuer ces activités quotidiennes et de passer du temps avec ces enfants.

Cet exemple m’a permis de réaliser qu’il est vraiment utile de questionner ce qui a priori va de soi . C’est en entendant ces mots que j’ai compris que vomir avait des bénéfices inconscients pour cette personne et que la bonne stratégie consistait à trouver une façon de garder les effets positifs du produit tout en trouvant une façon plus acceptable de se débarrasser de ces mauvais côtés. Cette stratégie lui permettait indirectement de retrouver du contrôle sur une situation à laquelle elle se sentait soumise.

Avant ma formation en hypnsoe, je me sentais souvent démunie face à certains propos de mes patients, comme quand ils me disaient : « ca m’a coupé les pattes », « je n’ai pas le choix », « je n’arrive plus à avancer »

Depuis je les écoute différemment, ils fournissent des indications précieuses sur les représentations du patient et sur les stratégies dont ils disposent pour s’ajuster à cette nouvelle situation.

Pour conclure, je remercie l’institut WAY INSIDE qui m’a permis de me rendre compte de l’importance de l’écoute des patients, et de prendre en compte de ce que le patient dit ,de rentrer dans sa carte du monde  et de ne pas vouloir à tout prix reprendre des scripts tout fait. Alors merci à vous !

Karen CORREARD (Infirmière)

Pour découvrir nos formations hypnose cliquez dans le lien ci-dessous :

Patricien Hypnose
Maitre praticien Hypnose